mercredi 20 janvier 2010

20 ans avant*

Quand j'étais un petit garçon, mes amis et moi vivions comme des rois. Nous avions fait notre fortune en ramassant bouteilles et canettes abandonnées dans les poubelles des parcs et des événements locaux. La consigne, d'une valeur de 10 et 5 sous respectivement, était ensuite échangée contre des friandises à la tabagie locale. Avoir investi tout cet argent dans un plan de retraite à ce moment, je serais fort possiblement déjà rentier au lieu d'avoir enrichi mon dentiste. La consigne est toujours la même : 10 sous pour les bouteilles, 5 pour les canettes en aluminium et plastique et 10 sous pour les 2L de boisson gazeuses. Il n'y a que le prix des friandises qui a augmenté! C'était le Québec dans les années 80.


En 2010, en Nouvelle-Zélande, les enfants ont de belles dents blanches et n'ont pas plus de plan de retraite. Pourquoi? Il n'y a aucune consigne sur les bouteilles et canettes. Les bouteilles de bière sont tout simplement cassées et recyclées (dans les grandes villes), ou enfouies avec les autres déchets. Pour ce qui est du plastique, son avenir est beaucoup moins certain que pour le verre. Donc, vous êtes certain de déguster votre bière dans une belle bouteille ¨flambette¨ sans à avoir à vous préoccuper de la retourner ou de la recycler (ou d'enrichir un enfant). La poubelle ou même encore le gazon du parc local se fera un plaisir de l'accueillir comme j'ai pu le constater.

Je ne parle pas non plus du papier : les gens doivent faire 5km avec leur véhicule pour se rentre au dépot de recyclage à l'extérieur de la ville pour déposer les différents articles dans les bons bacs. L'être humain étant ce qu'il est : tout prend le chemin des poubelles... et selon la rumeur locale (peut-être pour se donner une bonne conscience), les articles du dépot de recyclage prendraient aussi la même route que les déchets : Auckland étant trop éloigné pour valoir la peine de recycler ces matières.

Derrière les forêts tropicales et les vertes prairies où paîtrent les moutons, les néozélandais enterrent des matières parfaitement recyclables et réutilisables. J'ai toujours un pincement au coeur quand je jette mon contenant de lait ou ma bouteille de bière vide dans la poubelle : c'est comme si je jetais dix jujubes aux vidanges.


* Clin d'oeil à ¨20 ans après¨ d'Alexandre Dumas.
Imprimer cette page

1 commentaire:

  1. Continues à nous montrer les différences. C'est cela le plaisir du voyage.

    RépondreSupprimer