lundi 28 juin 2010

Voyager avec une différence

J'apporte ici un sujet un peu délicat où il est facile de dérapper et de mal s'exprimer.

Après plus de neuf mois de voyage sous la dent, je me permet d'observer plus attentivement les touristes que je croise et de poser un regard différent sur les pays et paysages rencontrés.

Bien assis à manger mon gyros en regardant passer des Grecs moustachus, Scandinaves calcinés, Français mésadaptés linguistiquement, mon oeil (l'autre étant occupé à analyser la façon d'engloutir la prochaine bouchée) s'est arrêté sur une petite famille déambulant sur les quais. Papa et maman dans la début cinquantaine accompagnés d'un jeune adulte. Jusque là tout est banal, une famille parmis des milliers d'autres ici en Grèce.


C'est lorsqu'ils sont revenus de leur balade au bout de la jetée que j'ai remarqué la différence. Leur enfant était trisomique. Vous allez me dire : ¨Sors de ta grotte Marcotte, ce n'est pas un phénomène unique!¨

Eh bien, depuis le début de mon périple, c'était la première fois que j'en prenais connaissance (et je n'ai pas toujours les yeux fixés sur un gyros!) et j'étais épaté! J'ai toujours eu l'impression, en entendant parler les gens, que lorsqu'une famille avait un enfant handicapé, leur vie tombait sur pause, l'énergie et le temps consacrés à s'occuper de cet enfant étant énorme.

Depuis que j'ai ouvert mes yeux à ces différents voyageurs j'en vois de plus en plus. Serais-ce un phénomène européen ou seulement une nouvelle prise de conscience?

Malgré l'impression de difficultés que ce genre de handicap peut générer, je suis heureux de constater que le goût d'aventure, de découverte et d'évasion est encore plus fort et fait voyager ces charmantes familles. Mais les infrastructures touristiques sont-elles adaptés à cette minorité?
Imprimer cette page

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire